Tanya Millette au Advanced Course: Résumé du mardi 8 février et conclusion

 

(Propos recueillis par Jean-François Arsenault)

Ces textes seront publiés avec quelques jours de retard. Considérant les disponibilités très limitées de Tanya pour d’abord livrer ses commentaires et ensuite approuver la version finale du texte, nous devons observer un délai de quelques jours…

Pour lire le ou les résumés précédents:

 

Mardi le 8 février


Un camp comme celui-ci est riche en anecdotes, mais demeure quand même routinier. Après un bloc de réglementation le matin portant sur les interprétations aux règles de jeu, nous nous sommes dirigés vers le Building 42 afin de simuler des jeux au premier but. Expérience très cool ce matin, un responsable des reprises vidéos des MLB était sur place avec son équipement afin de nous faire vivre l’expérience de la reprise. Vraiment intéressant!  Le premier tour lors des répétitions nous avions trois jeux au premier but et, pour le deuxième tour, deux jeux. Tout comme dans les formations au Québec, nous passons chacun notre tour avec les commentaires des instructeurs.

Source: MLB Umpire Camps


Seul problème, c’était en début de journée et je n’étais pas encore tout à fait réchauffée. Cela dit, pendant mon tour comme coureuse, j’ai senti un début de douleur à la cheville. J’ai donc ralenti la cadence afin d’être en mesure d’effectuer ma journée, notamment mes rotations sur le terrain lors des parties simulées.Tout comme la veille, nous avons eu une session de formation sur la gestion de partie. Ce qui est fort intéressant, au-delà de l’expulsion, c’est d’apprendre tous les trucs afin de ne pas en arriver là, d’avoir une gestion proactive. Une fois cette séance terminée, malgré la douleur, tout a bien fonctionné pour moi lors de la partie simulée. Douleur ou pas, je n’y ai pas pensé. Je voulais tout donner pour cette dernière journée de formation au camp. Les commentaires des instructeurs furent bons et mon amélioration constante fut soulignée. 

Pour terminer la partie pratique de la journée, nous sommes retournés en cage des frappeurs afin de travailler notre technique au marbre. Mark Stewart, qui était actif au niveau AA la saison dernière, était l’un des instructeurs avec qui j’ai pu travailler. Ce qui est intéressant ici, c’est que nous pouvons côtoyer plusieurs instructeurs qui amènent chacun leur vision et leurs commentaires. Nous pouvons donc multiplier les occasions d’apprentissage. Finalement, Larry Young qui siège au sein de la WBSC a demandé à me parler dans la journée. En gros, au-delà du baseball mineur professionnel, les championnats internationaux, notamment du côté féminin m’intéressent. Larry et moi avons donc profité de l’occasion d’en discuter un peu: du chemin à parcourir et des opportunités qui pourraient s’offrir dans l’avenir.

Mark Stewart et Larry Young

 

 

Ici, les journées de formations se terminent systématiquement avec des tests, de plus en plus complexes. Aujourd’hui, 50 questions, un peu comme l’examen niveau 4 de Baseball Canada. Il y avait des questions plutôt complexes basées sur la réalité des Ligues Mineures. J’ai fait de mon mieux et je pense que tout à bien été, malgré des questions plus complexes axées sur la réalité du baseball mineur.



Mercredi le 9 février


En guise de conclusion…


Dernière journée, j’en profite pour tout donner et profiter pour une dernière fois de cette expérience remarquable. La journée de travail était écourtée, puisqu’un événement social venait mettre un terme à notre formation intensive. C’était réellement plaisant de rencontrer mes collègues dans un autre contexte. Plusieurs se questionnent peut-être sur le sort qui m’attendait à la sortie du camp. Comme vous le savez, les 30 ou 40 candidats ici se battent pour obtenir un poste dans le baseball mineur affilié. Tout au long de la semaine, on m’a demandé si j’étais prête à signer. J’étais consciente qu’on aimait bien mon travail. Cependant, comme le chantait Beau Dommage, je me demandais sans cesse si ça vaut la peine, de laisser ceux qu’on aime, pour aller faire tourner des ballons sur son nez…

 

Finalement, j’ai écouté ma petite voix intérieure. J’ai une carrière prometteuse dans les forces de l’ordre au Québec, un amoureux et une famille que j’aime. Le trip du baseball mineur est certes une expérience de vie remarquable, mais je ne suis pas prête à faire tous les sacrifices demandés pour vivre cette vie-là. Certains diront peut-être que je suis folle de ne pas sauter à pieds joints dans l’aventure, mais après une semaine de formation et de discussions ici même à Vero Beach, j’ai compris que mon bonheur ne passait pas essentiellement par le baseball. Bref, j'ai refusé une offre de contrat professionnel et je ne le regrette pas du tout.


Je suis donc de retour au Québec pour de bon. Évidemment, avec un carnet d’adresse bien rempli et un bagage d’expérience incroyable. Le baseball amateur, autant au Québec que sur la scène nationale sera donc mon terrain de jeu pour les prochaines saisons et je caresse maintenant le rêve d’un championnat féminin international. C’est donc la conscience tranquille et avec le sentiment du devoir accompli que je reviens chez moi, la tête haute et remplie de souvenirs!

 

En terminant, je tiens à remercier ceux et celles qui m'ont envoyé de bons mots autant avant que pendant cette expérience complètement folle! Vous avez été vraiment sharp avec moi! Merci du fond du coeur!